Vacances apprenantes : de qui se moque-t-on ? Enregistrer au format PDF

Jeudi 2 avril 2020 — Dernier ajout vendredi 3 avril 2020

Après la « Nation apprenante » et la continuité pédagogique, vivent les « vacances apprenantes » !

Le ministre M. Blanquer, dans un message vidéo adressé le 31 mars via la messagerie académique, propose aux enseignants volontaires de faire des heures supplémentaires (6 heures maximum par semaine) pendant les vacances de printemps pour aider les élèves qui n’auraient pas pu participer à la fameuse continuité pédagogique. C’est l’opération « vacances apprenantes » !

Certes, les modalités ne sont pas connues mais on ne voit pas comment des élèves qui n’ont pu prendre part aux activités proposées par leurs enseignants, le feraient pendant les vacances, même en petits groupes comme l’envisage notre ministre.

Le problème réside surtout dans ce que Blanquer nomme poliment les « inégalités de destin » ! Les inégalités sociales, le difficile ou impossible accès aux outils numériques creusent toujours plus le fossé entre les élèves en cette période de confinement.

Croire que des heures d’enseignement supplémentaires, sans fournir les moyens matériels à ces élèves laissés de côté leur permettraient de pouvoir les suivre, est un leurre !