Formation continue pendant les vacances Enregistrer au format PDF

Samedi 14 septembre 2019

Un décret et un arrêté publiés au Journal Officiel du 8 septembre 2019 prévoient qu’à partir du 1er avril 2019, les enseignant.es qui seront amené.es à suivre des formations pendant les vacances scolaires seront rémunéré.es.

Un décret publié au JO du 8 septembre 2019 prévoit que les enseignant.es qui se verront imposer une formation pendant les vacances scolaires par leur inspecteur doivent être informé.es dès le début de l’année scolaire des périodes de vacances pendant lesquelles elle pourrait se dérouler. Ce type de formation ne peut pas excéder plus de 5 jours par année scolaire. Les formations imposées dans ce cadre ainsi que celles énumérées à l’article 1er du décret du 15 octobre 2007 (c’est-à-dire tout ce qui a trait à la formation continue y compris la formation de préparation aux concours internes) ouvrent droit à rémunération appelée « allocation de formation ». Un arrêté, publié au JO le même jour que le décret, fixe le montant de cette allocation à 60 € bruts par demi-journée. L’application de ces textes est rétroactive au 1er avril 2019.

Si dans un premier temps, on pourrait peut-être se réjouir d’une rémunération supplémentaire, ne nous leurrons pas pour autant !

Cette mesure vise à limiter les absences des enseignant.es en raison de formations : il est difficile de les remplacer pour de courtes durées et cela coûte cher. L’attribution d’une allocation permet surtout de mieux faire accepter ces changements par les enseignant.es alors même que la formation continue est un droit considéré jusque-là comme devant être exercé sur le temps de travail. Déjà, beaucoup de formations pilotées par les inspections dans le cadre de la mise en place de nouveaux programmes ont lieu le mercredi. Mais ces textes sont aussi un premier coup de boutoir en vue de réduire la durée des vacances scolaires puisque le ministère estime que les enseignant.es ne travaillent pas suffisamment et réfléchit depuis un certain temps à la manière dont il pourrait réduire la durée des congés des enseignant.es.